Archives par mot-clé : unrpa

Atelier entrainement mémoire

Lundi de 14h30 à 15h30
Lundi de 15h45 à 16h45
UNRPA – 14 rue de Tlemcen – 75020 Paris
Mardi de 14h30 à 15h30
à la Maison du Bas de Belleville
126 boulevard de Belleville – 75020 Paris
Stimuler et entraîner l’attention, la concentration et
la mémoire par des exercices ludiques et non anxiogènes.
Ces ateliers sont animés par un neuropsychologue
de l’association SEVIA

 Obligation d’adhésion : 15 € l’année.
Tarif : 20 € par trimestre.

Atelier entrainement mémoire

Stimuler et entraîner l’attention, la concentration et
la mémoire par des exercices ludiques et non anxiogènes.

Ces ateliers sont animés par un neuropsychologue
de l’association SEVIA.

  • Jeudi de 10h à 11h.
  • UNRPA au 14 rue de Tlemcen – 75020 Paris

 Obligation d’adhésion : 15 € l’année.

Tarif : 20 € par trimestre.

Le 12 Septembre 2017 appel journée action nationale interprofessionnelle de grève et de mobilisation

Ensemble & Solidaire – UNRPA appelle à la journée d’action nationale interprofessionnelle de grève et de mobilisation

Baisse de l’APL : les plus démunis taxés !

Augmentation de la CSG sur les pensions : faire payer aux retraités la pseudo augmentation des salaires.

Pour baisser les impôts des plus riches, comme l’Impôt Sur la Fortune, le gouvernement Macron s’apprête à voter une déduction d’impôts de 4,5 milliards d’euros pour les quelques centaines de milliers de foyers les plus aisés.

Pour “équilibrer les comptes”, le gouvernement a choisi de frapper les classes populaires : entre autres, de réduire de 5 € mensuels l’APL de plus 6 millions des ménages les plus modestes, parmi lesquels la grande masse des retraités dont 2/3 des femmes retraitées qui ont une pension inférieure au seuil de pauvreté. Quel mépris !

Pour augmenter le pouvoir d’achat des salariés, sans qu’il en coûte un euro aux patrons, le gouvernement Macron augmente la CSG de 1,7% sur les pensions supérieures à 1200 € mensuels ! Ces sommes supplémentaires prélevées sur les pensions seront utilisées pour compenser la suppression des cotisations chômage et maladie actuellement retenues sur le bulletin de paye des salariés. Du coup, un salarié dont le salaire mensuel BRUT est de 2000 €, percevra 32,50 € de plus à la fin de chaque mois. Le retraité à 2000 € BRUT par mois, verra sa pension diminuer de presque autant. Les patrons de grands groupes tels LVMH, Oreal, Dassault, Altice-Telecom…dont les fortunes cumulées et en augmentation, s’élèvent à 118,5 milliards d’euros, n’auront à dépenser un sou pour cette soi-disant augmentation des salaires !

Prendre dans les poches des retraités pour donner aux salariés est la manière la plus odieuse de vouloir opposer les jeunes et les salariés aux retraités !

Refusons de payer à la place des patrons !

Les personnes âgées dépendantes en institution sont-elles des citoyens à part entière ?

Les personnes âgées dépendantes en institution et leurs familles sont-elles des citoyens à part entière ?

A partir du concret de l’EHPAD Alquier Debrousse 75020 Paris, l’association des familles et amis des résidents pose une questionne centrale : on reconnaît la nature d’une société à la manière dont elle se préoccupe de ses aînés, à l’état de ses maisons de retraite, à la manière dont elle permet aux personnes âgées, après une vie active, des conditions de vie dignes…
Nous relayons l’information et le questionnement. « A la veille d’élections présidentielle et bientôt législatives, la question est d’actualité. La première citoyenneté dans une société est bien d’être visible et reconnu comme membre du groupe social. L’est-on encore lorsque l’on se trouve derrière des murs d’institutions, généralement rénovés et beaux donc rassurants pour les visiteurs, mais désolants pour les résidents et les familles qui constatent que les plus dépendants vivent dans un mouroir moderne ? L’est-on encore lorsque le droit à la parole des résidents et des familles est très limité et quand celle-ci est trop souvent manipulable ? Suite à la page suivante…. Suite à la page suivante………. www.paris-unrpa.fr Nouveautés Atelier citoyen vendredi 19 mai à 18h Débat-spectacle “Faire autrement” ou Comment être heureux sans être fortuné Information collective jeudi 1er juin de 15h à 17h Prévention et sécurité sur internet Venez pour en parler ensemble et partager questions, doutes et expériences Page 2 www.paris-unrpa.fr L’est-on encore lorsqu’on doit passer ses journées sur des fauteuils roulants très inconfortables parce qu’il n’y a pas de budget pour en acheter ou en louer de plus adaptés ? Lorsqu’un coussin ne vient pas atténuer la dureté du contact d’un corps avec ce mauvais matériel ? Lorsque ceux qui ne le peuvent (presque) plus par eux-mêmes bénéficient au mieux de 5 minutes pour être nourris excluant forcément toute relation durant ce moment pourtant important et qu’un arrêt de mort peut être signé faute de temps pour ceux qui sont atteints de troubles de déglutition ? L’est-on lorsque la sécurité des personnes de jour comme de nuit est très relative en cas de chute, malaise, étouffement … ? L’est-on encore lorsque les gestes de soins quotidiens sont mesurés à la minute comme le dénonce un collectif de personnels d’Ehpad dans une pétition en ligne « Seulement 12 min pour être lavé, levé, habillé …. » (*) ? L’est-on encore lorsque la vie dans l’institution pour les plus handicapés et même beaucoup d’autres se résume à une triste et (parfois) longue attente ? A Alquier Debrousse, l’un des 15 Ehpad publics de la Ville de Paris, proclamé « vitrine » par l’ancien maire, le mouroir a peu à peu surgi depuis 2010 et les réformes (convergence tarifaire, forfait soins, loi de financement de la Sécurité Sociale) centrées sur les économies budgétaires quelles qu’en soient les conséquences sur les personnes hébergées et les familles impuissantes. La direction de l’Ehpad Alquier Debrousse ne fait qu’organiser l’insuffisance de moyens autorisés (en personnels soignants, paramédicaux, médicaux et en équipements) à partir de la validation par l’ARS75 d’un budget Soins largement inférieur aux besoins déclarés par le médecin coordonnateur. Le point culminant nous semble avoir été franchi début 2017 à Alquier Debrousse (mais les années passées nous ont démontré que l’on n’était jamais sûr d’avoir atteint le fond) après une réorganisation de l’établissement (3 bâtiments de 13 unités accueillant 325 personnes) redistribuant les résidents dans les unités : Dans les plus petites 18/20 personnes atteintes de maladies Alzheimer et apparentées, mobiles et pouvant s’exprimer, donc moyennement dépendantes, Dans les plus grandes 27/30 personnes atteintes de maladies d’Alzheimer et apparentées très dépendantes (en fauteuil roulant et grabataires), des personnes non mobiles et très dépendantes et quelques personnes avec divers troubles et pathologies mais moins dépendants. Et pour les petites comme les grandes unités, 2 aides-soignants au lieu des 3 précédemment affectées aux unités lourdes. Pourtant, 70 familles de l’Ehpad dénonçaient déjà en 2015 l’insuffisance des personnels soignants (aides-soignants, paramédicaux et médecins), régulièrement diminués depuis 2011, puis en 2016 par une pétition en ligne nous appelions les parlementaires à « sanctuariser » les Ehpad publics contre les restrictions de financement de la sécurité sociale (à l’origine des sous-financements des Soins dans les Etablissements médico-sociaux), suivie en 2017 par un appel aux présidentiables 2017 (**). A chacun de nous de se questionner, de s’ouvrir à ce milieu de la gérontologie et du handicap, de ne pas se laisser piéger par des discours lénifiants, de prendre la parole pour ceux qui sont vieux et souffrent silencieusement, de ne pas être complaisant devant la priorité affirmée du budgétaire sur l’intérêt humain des plus vulnérables …… pour affirmer si nous voulons de cette société pour eux, pour nous et pour nos enfants ? » (*) sur change.org, chercher « seulement 12 minutes pour être lavé, levé, habillé » (**) sur change.org, chercher « pour les personnes âgées dépendantes en Ehpad »

Contact : ASFARADE – association des familles et amis des résidents de l’Ehpad Alquier Debrousse – asso-fam@outlook.frs

31ème Congrès national

31ème CONGRES NATIONAL
CHÂTEAU DE SEILLAC (LOIR ET CHER)
DU 13 AU 17 MARS 2017
MOTION GENERALE

Les congressistes constatent :

– Que les choix politiques et économiques des gouvernements successifs entraînent la paupérisation de la très grande majorité de la population, en particulier des retraités, et creusent encore plus les inégalités économiques et sociales
– Que les réformes successives des retraites (Balladur en 1993, Fillon en 2010) non remises en cause, ainsi que toutes les mesures fiscales prises au cours des 10 dernières années provoquent la dégradation continue du pouvoir d’achat des pensions de retraite et ont pour conséquence :
● des fins de mois de plus en plus difficiles et le recours aux associations caritatives, des difficultés à se loger et à conserver leur petit patrimoine laborieusement acquis,
Que le démantèlement du service public de santé, la destruction du système d’accès aux soins pour tous, la disparition des hôpitaux de proximité et la réduction drastique des personnels:
● obligent les personnes âgées à renoncer aux soins, aux appareillages et aux prothèses,
● organisent la fiscalisation du financement de la Sécurité Sociale au motif de la compétitivité des entreprises qui pourtant continuent de plus belle à fermer des usines, des services et à licencier pour satisfaire les appétits des actionnaires, dont les fonds de pension, au détriment des besoins de la nation.
● favorisent le recours aux assurances privées, l’incitent à la prévoyance et la promotion des fonds de pension,
● rendent l’accès en établissement de plus en plus difficile, en raison du coût à supporter par les résidents eux-mêmes ou par leurs enfants et/ou petits enfants.
Dénoncent :
 L’indexation des pensions sur les prix au lieu de l’indexation sur les salaires, le recul de la revalorisation des pensions du 1er janvier au 1er octobre, le gel des pensions depuis avril 2013 et le blocage des régimes complémentaires
 La suppression de la demi part fiscale pour les veuves et veufs et l’assujettissement à l’impôt sur le revenu des 10 % de supplément familial-retraite pour ceux qui ont eu 3 enfants ou plus
 L’instauration de la CASA (contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie) de 0,30 % pour les retraités(ées) imposables
 L’augmentation de la TVA, du prix des énergies notamment électricité et gaz
 Les mesures Balladur / Fillon sur les conditions de liquidation des retraites
 L’allongement des durées de cotisation et le recul de l’âge de la retraite à taux plein à 62 ans
 En matière de santé et de soins les forfaits, franchises médicales, déremboursements de médicaments, dépassements d’honoraires, augmentation des mutuelles,
 l’augmentation des cotisations et/ou l’allongement de la durée de cotisation qui aboutit à la réduction du montant des pensions, les menaces sur les pensions de réversion,
 les choix politiques conduisant à la destruction des emplois et aux exonérations de cotisations sociales source et cause du « trou » de la Sécurité Sociale.
Revendiquent:
● des mesures pour un financement moderne de la protection sociale et des retraites qui prennent aussi en compte la taxation des bénéfices des entreprises non réinvestis dans la production, des bénéfices de la spéculation ainsi que les stock-options, qui échappent à la solidarité nationale telle que voulue par le Conseil National de la Résistance et les fondateurs de la Sécurité Sociale,
● de revenir à la date du 1er janvier pour appliquer les augmentations de pensions et de porter le minimum vieillesse à 100 % du SMIC,
● que le taux des pensions de réversion soit porté à 66% sans conditions de cumul et de ressources,
● le maintien du système par répartition fondé sur un contrat intergénérationnel,
● le retour à l’indexation des pensions sur les salaires,
● la suppression des franchises médicales et forfaits paramédicaux, du forfait hospitalier ainsi que la suppression de la Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale (CRDS) et de la Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les pensions,
● la création d’un droit universel à l’autonomie inclus dans le code de la sécurité sociale de la naissance à la mort,
● la publication rapide de mesures concrètes mettant fin aux dépassements des honoraires médicaux,
● une répartition équilibrée des professionnels de santé sur tout le territoire national,
● l’amélioration des réponses à la hauteur des besoins des personnes en perte d’autonomie à leur domicile ou en établissement sur la base d’une organisation nationale collective et solidaire,
● le maintien et l’amélioration des services publics dont La Poste, notamment dans les campagnes, où ils représentent un besoin vital pour les populations âgées en particulier,
● le droit à la culture et aux loisirs,
Soutiennent :
L’action des actifs que sont leurs enfants et petits-enfants pour la défense des emplois et des salaires, pour que l’âge ouvrant droit à la retraite, à taux plein, soit effectif, pour tous, à 60 ans avec 37,5 annuités de cotisation, ou avant 60 ans dès l’obtention des annuités nécessaires.
ENSEMBLE & SOLIDAIRES-UNRPA, depuis plus de 70 ans défend et continuera à défendre avec fermeté le droit à la retraite, avec une pension permettant une vie digne, les intérêts des retraités et des personnes âgées, et les grands principes de solidarité.
ADOPTE A L’UNANIMITE, le 17 mars 2017

Sophrologie

Les mardis de 15h00 à 16h30
dans les locaux de l’UNRPA

Un ensemble de techniques de respiration, de relaxation, de détente musculaire et de visualisation positive dans un but thérapeutique ou développement personnel.
C’est la rencontre du corps et de l’esprit. 
Un outil pour …apprendre à se relaxer, à se redynamiser, renforcer ses capacités, prendre conscience de son corps, évacuer le négatif, se recharger de positif, gérer ses émotions, contrôle de soi, affirmation de soi, estime de soi, prise de recul, croire en ses ressources.

Mentions légales

  1. Présentation du site

En vertu de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site www.paris-unrpa.fr

Propriétaire : UNRPA Fédération de Paris – 14 rue de Tlemcen – 75020 Paris
Créateur :
  UNRPA Fédération de Paris

Responsable publication : UNRPA Fédération de Paris – 01 42 23 43 95
Le responsable publication est une personne physique ou une personne morale.
Webmaster : 
Claudia Salé
Hébergeur : GANDI SAS, Société par Actions Simplifiée au capital de 300.000€ ayant son siège social au 63-65 boulevard Massena à Paris (75013) FRANCE

  1. Conditions générales d’utilisation du site et des services proposés

L’utilisation du site www.paris-unrpa.fr  implique l’acceptation pleine et entière des conditions générales d’utilisation ci-après décrites. Ces conditions d’utilisation sont susceptibles d’être modifiées ou complétées à tout moment, les utilisateurs du site sont donc invités à les consulter de manière régulière.

Ce site est normalement accessible à tout moment aux utilisateurs. Une interruption pour raison de maintenance technique peut être toutefois décidée par www.paris-unrpa.fr, qui s’efforcera alors de communiquer préalablement aux utilisateurs les dates et heures de l’intervention.

Le site www.paris-unrpa.fr est mis à jour régulièrement par Claudia Salé, Fatima Sadki, France Loirat.  De la même façon, les mentions légales peuvent être modifiées à tout moment : elles s’imposent néanmoins à l’utilisateur qui est invité à s’y référer le plus souvent possible afin d’en prendre connaissance.

  1. Description des services fournis

Le site www.paris-unrpa.fr a pour objet de fournir une information concernant l’ensemble des activités de la société.

L’UNRPA Fédération de Paris s’efforce de fournir sur le site www.paris-unrpa.fr des informations aussi précises que possible. Toutefois, il ne pourra être tenue responsable des omissions, des inexactitudes et des carences dans la mise à jour, qu’elles soient de son fait ou du fait des tiers partenaires qui lui fournissent ces informations.

Tous les informations indiquées sur le site www.paris-unrpa.fr sont données à titre indicatif, et sont susceptibles d’évoluer. Par ailleurs, les renseignements figurant sur le site www.paris-unrpa.fr ne sont pas exhaustifs. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne.

  1. Limitations contractuelles sur les données techniques

Le site utilise la technologie JavaScript.

Le site Internet ne pourra être tenu responsable de dommages matériels liés à l’utilisation du site. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour.

  1. Propriété intellectuelle et contrefaçons

L’UNRPA Fédération de Paris est propriétaire des droits de propriété intellectuelle ou détient les droits d’usage sur tous les éléments accessibles sur le site, notamment les textes, images, graphismes, logo, icônes, sons, logiciels.

Toute reproduction, représentation, modification, publication, adaptation de tout ou partie des éléments du site, quel que soit le moyen ou le procédé utilisé, est interdite, sauf autorisation écrite préalable de : l’UNRPA Fédération de Paris.

Toute exploitation non autorisée du site ou de l’un quelconque des éléments qu’il contient sera considérée comme constitutive d’une contrefaçon et poursuivie conformément aux dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

  1. Limitations de responsabilité

L’UNRPA Fédération de Paris ne pourra être tenue responsable des dommages directs et indirects causés au matériel de l’utilisateur, lors de l’accès au site l’UNRPA Fédération de Paris, et résultant soit de l’utilisation d’un matériel ne répondant pas aux spécifications indiquées au point 4, soit de l’apparition d’un bug ou d’une incompatibilité.

L’UNRPA Fédération de Paris ne pourra également être tenue responsable des dommages indirects (tels par exemple qu’une perte de marché ou perte d’une chance) consécutifs à l’utilisation du site www.paris-unrpa.fr.

Des espaces interactifs (possibilité de poser des questions dans l’espace contact) sont à la disposition des utilisateurs. L’UNRPA Fédération de Paris se réserve le droit de supprimer, sans mise en demeure préalable, tout contenu déposé dans cet espace qui contreviendrait à la législation applicable en France, en particulier aux dispositions relatives à la protection des données. Le cas échéant, l’UNRPA Fédération de Paris se réserve également la possibilité de mettre en cause la responsabilité civile et/ou pénale de l’utilisateur, notamment en cas de message à caractère raciste, injurieux, diffamant, ou pornographique, quel que soit le support utilisé (texte, photographie…).

  1. Gestion des données personnelles

En France, les données personnelles sont notamment protégées par la loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, la loi n° 2004-801 du 6 août 2004, l’article L. 226-13 du Code pénal et la Directive Européenne du 24 octobre 1995.

A l’occasion de l’utilisation du site www.paris-unrpa.fr, peuvent êtres recueillies : l’URL des liens par l’intermédiaire desquels l’utilisateur a accédé au site www.paris-unrpa.fr, le fournisseur d’accès de l’utilisateur, l’adresse de protocole Internet (IP) de l’utilisateur.

En tout état de cause l’UNRPA Fédération de Paris ne collecte des informations personnelles relatives à l’utilisateur que pour le besoin de certains services proposés par le site www.paris-unrpa.fr.L’utilisateur fournit ces informations en toute connaissance de cause, notamment lorsqu’il procède par lui-même à leur saisie. Il est alors précisé à l’utilisateur du site www.paris-unrpa.fr  l’obligation ou non de fournir ces informations.

Conformément aux dispositions des articles 38 et suivants de la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, tout utilisateur dispose d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données personnelles le concernant, en effectuant sa demande écrite et signée, accompagnée d’une copie du titre d’identité avec signature du titulaire de la pièce, en précisant l’adresse à laquelle la réponse doit être envoyée.

Aucune information personnelle de l’utilisateur du site www.paris-unrpa.fr n’est publiée à l’insu de l’utilisateur, échangée, transférée, cédée ou vendue sur un support quelconque à des tiers. Seule l’hypothèse du rachat de l’UNRPA Fédération de Paris et de ses droits permettrait la transmission des dites informations à l’éventuel acquéreur qui serait à son tour tenu de la même obligation de conservation et de modification des données vis à vis de l’utilisateur du site www.paris-unrpa.fr.

Le site n’est pas déclaré à la CNIL car il ne recueille pas d’informations personnelles.

Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

  1. Liens hypertextes et cookies

Le site www.paris-unrpa.fr contient un certain nombre de liens hypertextes vers d’autres sites, mis en place avec l’autorisation de l’UNRPA Fédération de Paris. Cependant, l’UNRPA Fédération de Paris n’a pas la possibilité de vérifier le contenu des sites ainsi visités, et n’assumera en conséquence aucune responsabilité de ce fait.

La navigation sur le site www.paris-unrpa.fr est susceptible de provoquer l’installation de cookie(s) sur l’ordinateur de l’utilisateur. Un cookie est un fichier de petite taille, qui ne permet pas l’identification de l’utilisateur, mais qui enregistre des informations relatives à la navigation d’un ordinateur sur un site. Les données ainsi obtenues visent à faciliter la navigation ultérieure sur le site, et ont également vocation à permettre diverses mesures de fréquentation.

Le refus d’installation d’un cookie peut entraîner l’impossibilité d’accéder à certains services. 

  1. Droit applicable et attribution de juridiction

Tout litige en relation avec l’utilisation du site www.paris-unrpa.fr est soumis au droit français. Il est fait attribution exclusive de juridiction aux tribunaux compétents de Paris.

  1. Les principales lois concernées

Loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, notamment modifiée par la loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.

  1. Lexique

Utilisateur : Internaute se connectant, utilisant le site susnommé.

Informations personnelles : « les informations qui permettent, sous quelque forme que ce soit, directement ou non, l’identification des personnes physiques auxquelles elles s’appliquent » (article 4 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978).