Tous les articles par Fanfan20

Le Président parle, la colère et les revendications des retraité.e.s restent.

Communiqué commun du “groupe des 9” après l’allocution télévisée du président MACRON du 10 décembre.

La colère et la mobilisation des retraité.e.s sont confirmées par le mouvement social actuel, dans lequel ils sont souvent impliqués…

 

Le Groupe des 9 organisations de retraité-e-s (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR, Ensemble & solidaires) qui regroupe forces syndicales et associations, est présent depuis 2014 sur le terrain pour protester contre notamment la hausse de la CSG de 25 %, la poursuite du gel des pensions en 2018 et la sous-indexation d’ores et déjà décidée pour 2019 et 2020, qui feraient perdre deux mois de pension en trois ans. Le 15 mars 2018, 200 000 personnes retraitées manifestaient contre la politique menée par le gouvernement à leur égard. Les 9 organisations de retraité-e-s sont particulièrement vigilantes à l’égard des prochaines réformes des retraites : pour elles, il n’est pas question de transformer le droit à retraite, contrepartie de cotisations payées tout au long de la vie active, en une allocation sociale dépendant du bon vouloir d’un quelconque gouvernement.

Le président des riches reste le président des riches

Le Président Macron vient de déclarer qu’il ressent la colère du « retraité modeste qui ne s’en sort pas » … sans préciser qu’il est grandement responsable de cette situation, notamment par le gel des pensions et l’augmentation de 25 % de la CSG. Lors de son intervention télévisée, il a annoncé que seraient exonérés de hausse de CSG celles et ceux ayant une pension inférieure à 2 000 € ; cela ne répond pas à nos demandes et ne concernera pas les plus petites pensions qui sont déjà exonérées de toute CSG. Nous exigeons toujours la suppression de la hausse de la CSG pour tous les retraités et l’indexation de toutes les pensions sur l’évolution des salaires. Il refuse toujours de s’en prendre à l’I.S.F. qui coûtera chaque année 4 milliards d’euros aux autres contribuables. Il maintient la baisse de l’impôt sur les sociétés et le plafonnement à 30 % de l’imposition des dividendes.

Les revendications des retraité.e.s restent plus que jamais d’actualité pour l’augmentation du pouvoir d’achat, l’indexation des pensions sur les salaires, la prise en charge de la perte d’autonomie à 100 % par la sécurité sociale dans la branche maladie, le renforcement des services publics, particulièrement dans le secteur de la santé, … ce qui nécessite un renforcement des cotisations sociales et non une baisse comme vient de l’annoncer Emmanuel Macron.

Le Groupe des 9 proteste aussi contre le mépris du gouvernement qui refuse depuis plus d’un an de les recevoir et ce en dépit de multiples relances. Il s’insurge contre l’attitude de ce gouvernement vis à vis des revendications des 17 millions de retraité.e.s dont il ne tient pas compte et avec lesquels il refuse de discuter.

Comme dans de nombreuses villes, dans toute la France à l’appel du groupe des 9, des mobilisations se poursuivent. Les retraités de la région parisienne rappelleront haut et fort leurs revendications à Paris le 18 décembre, devant le ministère des Finances à Bercy.
Il s’agit de bien mettre en opposition la politique de rigueur menée à l’égard du plus grand nombre (dont les personnes retraitées) et les cadeaux fiscaux et sociaux largement accordés à la minorité privilégiée sans contrôles ni contreparties (baisse de l’impôt sur les sociétés, suppression de l’ISF sur les portefeuilles boursiers, plafonnement à 30 % de l’imposition des dividendes, etc.).

Fait à Paris le 11décembre 2018

Signez, faites signer la pétition pour une loi de finances rectificative qui annule la hausse de la CSG pour tous, qui met fin au gel des pensions, qui revalorise toutes les pensions. Pour (toujours) signer en ligne : http://www.retraitesencolere.fr/  

Violences policières

Communiqué de la LDH : la LDH demande la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire

Depuis plusieurs semaines, un peu partout en France, les manifestations contre la loi travail ou les initiatives prises dans le cadre du mouvement « Nuit debout » donnent lieu à des incidents souvent violents impliquant les forces de police, dans une escalade de la violence.
Quel que soit le contexte, quelquefois marqué par la présence de groupes cherchant l’affrontement, rien ne saurait justifier les débordements auxquels se livrent régulièrement les forces de l’ordre en faisant un usage disproportionné de la force vis-à-vis de citoyens, souvent jeunes, qui manifestent pacifiquement leur opposition au projet de loi travail ou qui se réunissent pour échanger, discuter, imaginer d’autres façons de préparer l’avenir.
De nombreux témoignages, de multiples vidéos qui montrent de façon répétée des coups portés à des personnes déjà entravées interrogent sur les objectifs des stratégies mises en place par les instances de commandement de fonctionnaires de police qui n’hésitent pas, par ailleurs, à utiliser des balles de défense, arme qui a fait perdre un œil à un jeune manifestant de Rennes.
La LDH rappelle aux responsables de police et aux fonctionnaires sur le terrain que l’article R.434-17 du Code de la sécurité intérieure dispose que « Toute personne appréhendée est placée sous la protection des policiers ou des gendarmes et préservée de toute forme de violence ou de tout traitement inhumain ou dégradant ». Face à la gravité avérée des faits, elle demande la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire afin que toute la lumière soit faite sur des événements qui, y compris chez les policiers et les gendarmes, ont déjà fait plusieurs victimes et qui ont entraîné par ailleurs des peines de prison ferme.
Dans un contexte de montées de tensions sociales aussi fortes que préoccupantes, le droit de manifester pacifiquement et contester collectivement ce qu’on estime injuste, le droit de se réunir dans l’espace public constituent des libertés fondamentales. Les exercer est un acte de citoyenneté.

Il appartient aux pouvoirs publics de les garantir. Il nous appartient de les défendre : nous n’y manquerons pas.

Pour le retrait de la Loi Travail

Avec Ensemble & Solidaires – UNRPA les retraités partagent et soutiennent les inquiétudes des jeunes pour leur avenir, demandant le retrait du projet de loi El Khomry de précarisation de l’emploi souhaité par le MEDEF.
Les retraités sont également et d’autant plus concernés qu’il y a un lien direct entre les conditions d’emploi des salariés, le devenir des retraites et le niveau des pensions…
En effet, la méthode adoptée depuis plusieurs dizaines d’années (plus de précarité, blocage des salaires, réductions et allégements de cotisations patronales, etc.) n’a pas favorisé la création d’emplois et a, bien au contraire, aggravé le chômage.
C’est moins d’argent dans les caisses de la sécurité sociale, c’est aussi la remise en cause de l’accès aux soins pour tous, du remboursement des médicaments, de certaines allocations, de la revalorisation des pensions, etc.
Avec nos enfants et petits-enfants, dont nous sommes solidaires, nous refusons la précarité et le mal vivre.
« Ensemble & Solidaires – UNRPA », appelle ses adhérents et tous les retraités, à participer aux côtés des jeunes, des actifs et des chômeurs, aux initiatives, rassemblements et manifestations dans leur ville ou département, pour le retrait du projet de loi El Khomry.

Saint-Ouen, le 23 mars 2016.
Pour le BN,
Francisco GARCIA
, président national
Annie PETIT
, secrétaire nationale
Danielle ROLLAT
, vice-présidente nationale

Editorial du 16 mars 2016

Les reculs sociaux dont sont victimes les retraités sont actés et vont s’accroître. Ils sont d’ailleurs confirmés par les rapports de l’OCDE, du Conseil d’Orientation des Retraites et de la cour des comptes.
Suppression de la demi-part fiscale, fiscalisation de la majoration pour avoir élevé 3 enfants,instauration de la CASA, nouveau calcul de la CSG, augmentation de la TVA… Cette cascade de mesures a des conséquences considérables sur tous les retraités.
Les preuves : le recul de l’espérance de vie, la surmortalité des plus de 65 ans en 2015.
Pensions gelées depuis avril 2013, revalorisées de 0,1 % au 1er octobre 2015, une aumône, une honte! Il faudrait, nous dit-on, faire des économies et les retraités sont mis à contribution. Pourquoi ? Pour financer le pacte de responsabilité, qui accorde aux entreprises des milliards, sans contrepartie pour relancer l’économie et réduire le chômage.
Qui y a cru? Certainement pas notre Premier ministre même s’il fait mine, aujourd’hui, de découvrir que le patronat n’a pas joué le jeu.
Idem pour la loi El Khomri qui aggravera la précarisation de nos enfants et de nos petits-enfants, dont nous sommes évidemment solidaires, et qui réduira la protection sociale et à terme les pensions de retraite.
Résistons, jeunes et moins jeunes unis, pour une vie digne pour tous.
le 16 mars 2016,
Annie Petit, Secrétaire Nationale

Année 2014

15 Mars 2014 :  Rosa Luxemburg une pensée, une action contre la guerre. avec Dominique Poirret “comprendre-avec-rosa-luxemburg .over-blog.com

TARDI15

2014, année des célébrations officielles de la boucherie de 14-18.

2014, l’urgence de transmettre la pensée, les analyses et l’action de Rosa Luxemburg contre la guerre

Parce que la guerre est toujours au centre de l’actualité du système que nous vivons, montrer les
fondements et la continuité de l’action de Rosa Luxemburg, c’est réfléchir aux causes de la guerre et
du ralliement du mouvement ouvrier, réinterroger son choix entre « Réforme sociale ou Révolution » …

21 Mai 2014:  Vers la gratuité des services publics et des biens communs. avec Paul Ariès politologue, rédacteur en chef du mensuel “les z’indigné(e)s” objecteur de croissance amoureux du bien vivre.

A la Libération, la France à genoux économiquement mais debout politiquement, avait adopté dans le  programme du CNR le principe de sécurité sociale…                                               La France et le monde sont aujourd’hui immensément plus riches. L’heure n’est donc pas à réduire notre système social mais à refonder un nouveau pacte encore plus émancipateur…  La gratuité est une réponse à l’urgence sociale, écologique et politique. Ce peut être une des façons de reprendre la main face à la droitisation de la société.

Aries

Année 2013

7 Mars 2013 : L’enjeu des retraites -exposé-débat avec Bernard Friot chercheur à l’Institut Européen du salaire.

RETARITES

La brutale contre-réforme de la retraite en 2010, la situation actuelle de chômage de masse, la baisse du pouvoir d’achat pour tous , imposent la recherche vitale d’une alternative …

27 novembre2013 : Pour une autre alimentation avec la participation de Véronique Lacomme et Michel Besson cofondateurs de la coopérative du commerce équitable Andines.

alimentation

L’agroécologie ou l’agriculture biologique peuvent-elles et doivent-elles être réduites à un marché ? Ne doivent-elles pas être plutôt un mode de production et de distribution intéfré à un changement radical de société non plus fondée sur le profit mais sur les besoins prioritaires des populations ?

 

Répertoire des ateliers citoyenneté

ATCIT

Le 24 octobre 2011 :

le 17 octobre 1961 : un massacre d’Algériens à Paris.  Rencontre débat avec l’historienJean -Luc Einaudi afin de réfléchir et débattre sur ces évènements tragiques, parmi les plus sombres de notre histoire commune:

– Pour une reconnaissance officielle de ce crime d’état.

– Pour nous inciter à la plus grande vigilance contre le racisme et les nouvelles formes de colonialisme.

 

Le 9 janvier 2012 :

Projection du film “comme un seul homme” de François Chouquet suivi d’un débat avec Christian Fiquet et Jean Lagrave de l’association des réfractions non violents à la guerre d’Algérie 1959-1963, autour du sens, de la valeur et de l’actualité de la désobéissance civile.

 

Le 14 mars 2012 :

Débat public : Démocratie, société civile” et contre-pouvoirs. Etat des lieux en Ile de France et dans le 20ème, enjeux politiques et politiciens. (J.C PLaut, G. Jeanmougin,M. Jakubowicz)

Nous souhaitons être nombreux…jeunes..vieux..à réfléchir et discuter par exemple, sur les actions menées à Saclay, Paris rive-gauche, Plaine commune ou dans le 20ème

sur ce qu’est un conseil de quartier ou le forum social pour une métropole solidaire,

sur les moyens que nous avons et pourrions avoir d’intervenir sur l(aménagement du territoire pour chercher quels sont les savoirs et les pouvoirs que les citoyen-nes peuvent et doivent légitimement s’approprier pour en particulier résister à la privatisation et à la marchandistaion de l’espace commun.

 

Le 23 mai 2012 :

Exposé-débat avec Zeggagh Mohand dit Tahar, dit Rachid auteur du livre “Prisonniers politiques pendant la guerre d’Algérie 1954-1962- La prison un champ de bataille”.         Dans le cadre du cycle des débats contre le colonialisme de l’état français, nous poursuivons la réflexion sur les leçons de l’histoire, sans cesser à approfondir pour la compréhension et la transformation de notre présent.

 

Le 29 juin 2012 :

Débat sur les “grands projets de rénovation urbaine”, “cohésion sociale”, “mixité sociale”, pourquoi? pour qui ? Quel devenir pour les quartiers Amandiers, Ménilmontant, Belleville, pour le 20ème arrondissement ? Avec Jacques Baudrier, conseiller municipal en cahrge de l’urbanisme pour le 20ème, qui exposer les projets principaux en cours et prévus.

 

Le 13 novembre 2012

Projection du film “Ils étaient des enfants ” de J.G Carasso, suivi d’un débat animé par M.Jakubowicz du comité Tlemcen. Comment une famille nombreuse d’immigrés juifs polonais traverse la 2ème guerre mondiale. dans le quartier des Amandiers.

Débat entre passé et présent   , entre générations pour développer tolérence et solidarité et nous donner envie d’évoquer nos chemins de vie à travers le 20ème arrondissement.

Aménagement du jardin “Le pommier des amandiers”

Le Projet

A l’aide des plans réalisés par Janie et Christian, ainsi que des photos prises par Christian, il a été convenu de demander :
pour la partie proche de la rue Elisa Borey :
– décaper le terrain en périphérie, sur une bande large de 2 à 3m selon le plan de Janie et
sur une profondeur jugée adéquate par les services techniques de la ‘Main Verte’ avec
une couche drainante entre géotextiles et une couche de terre végétale.
eau :
– le terrain dispose de deux sources d’eau, une potable accessible à tout public et une
arrivée d’eau non-potable, derrière la clôture proche du terrain de football.
Il conviendrait de laisser la fontaine d’eau potable accessible au public et de demander un
accès à l’eau non-potable avec une canalisation amenant cette eau dans un point central
du jardin pour facilité l’arrosage des différents points.

Pour la partie proche de l’école maternelle :
il est prévu des cultures hors sol dans 8 bacs de 2m sur 4m que non fabriquerions nous-mêmes.
– pour la clôture, sur la partie proche de la maternelle, il est prévu de fabriquer des bacs de culture de 60cm de haut et d’une largeur de 60 à 80cm qui seront placés entre les arbres du pourtour du jardin et de prévoir un emplacement pour une porte d’accès. Pour la partie proche de la rue Elisa Borey, Janie propose plutôt une haie d’arbustes, ce point n’a pas réellement été discuté – faudra-t-il demander de préparer le sol ou les planterons-nous dans des bacs plus petits, ou empiéteront-ils sur la bande périphérique préparée par les services ‘Main Verte’ mentionnée ci-dessus ? Cependant pour les bacs de clôture, comme pour les grands bacs, nous demandons s’il est possible d’obtenir des cornières de 60cm (32) et du géotextile si techniquement nécessaire.

Fête des Amandiers

Retour sur la fête de quartier des Amandiers du 2 juin 2013

Pour faire connaitre le projet de jardin partagé dans le quartier et inciter des habitants à se joindre à la démarche, le groupe d’habitants rattaché à l’association U.N.R.P.A a réalisé et tenu un stand à la fête du quartier des Amandiers le 2 juin 2013.

Le stand a eu beaucoup de succès, un certain nombre de personnes ont indiqué leur intérêt pour participer au projet de jardin et ont laissé des coordonnées pour être contactées.

Stand fête